Ampurias

mémoire de la Méditerranée

Port-primitif-Ampurias-nautisme-espagne.com

Les lourdes nefs en pin d´Alep descendaient lentement un littoral inconnu quelques six siècles avant notre ère, qui n´était pas encore la Costa Brava.

Elles arrivaient du golfe de Smyrne et cherchaient à troquer avec les peupades côtières des objets fabriqués dans leur ville Phocée contre des métaux précieux ou des denrées moins nobles.

Loin de leur Grèce natale ces infatigables navigateurs commerçants avaient fait escale à leur récent comptoir de Massalia (Marseille), qui deviendrait bientôt la métropole directe d´Ampurias.

Quelques jours auparavant ils avaient été surpris par un fort vent du Nord Ouest qui se maintenait jour après jour et semblait ne jamais se lasser mais les rochers escarpés succédaient aux falaises et les quelques plages n´offraient qu´un pauvre abri.

Néanmoins ils avaient suivi ce rivage déchiré, et voilá qu´une immense baie s´était ouverte devant eux. Trois siècles plus tard s´installeraient ici des marseillais qui fonderaient Rodes, plus tard Rosas.

Le rivage de la baie  était marécageux, aussi convenait-il de continuer vers le sud, toujours un peu plus loin.

Alors que la baie se refermait et de nouvelles falaises se dessinaient déjà, surgit une petite île à l´embouchûre d´un cours d´eau (le Fluvia).

Avec le temps cet ilot se rattacherait à la plage par une langue de sable, mais ce jour du premier débarquement Phocéen sur la plage de ce qui plus tard serait Ampurias, ce sont les Indigètes, peuple ibère maître des lieux, qui les accueillirent et devinrent leurs partenaires commerciaux d´abord, leurs voisins et concitoyens plus tard.

Nous étions 575 ans avant J.C, et peut-être aussi, comme le prétendent certains,  existait-il une implantation antérieure des Phéniciens qui possédaient maints comptoirs épars sur la côte méditerranéenne occidentale?  Qui peut le savoir…

Le fait est que la petIte île est baptisée Palaiapolis et devient rapidement une ville prospère, centre commercial dynamique, stratégiquement situé au carrefour des échanges entre l´Orient méditerranéen et le monde ibérique, la lointaine et mystérieuse Tartessos.

Un port se construit bien vite dont il reste le “moll grec” le brise-lame qui nous permet d´imaginer l´ampleur du port aujourd´hui comblé, il y a plus de deux mille ans…

bateau commercial de cabotage grec

maquette nef greque

Vers 445 Av.J.C. la pression perse sur Phocée provoque un exode et la population d´Ampurias se voit multipliée. Le noyau urbain s´étend de l´autre côté du port sous le nom de Neapolis, ville nouvelle.

Puis c´est le quartier romain qui voit le jour, du nom d´Emporium.

En 218 après J.C. les troupes du général romain Cneo Scipion, en lutte contre les cartagénois, campent sous les murs d´Ampurias, qui alors est une ville triple,  et de ce campement devenu garnison naîtra la Ampurias romaine, dont nous conservons l´imposante muraille el le plan rectangulaire de 750m X 350m qui nous offre des vestiges archéologiques que nul ne devrait renoncer à visiter. 

Un mur sépare même, semble-t-il, les habitants autochtones des colons romains et grecs.

 

Mais  le temps passe inexorable et peu à peu les trois “quartiers” (Grecs, romain et Indigète), perdent leur importance et la cité sombre dans l´oubli après la destruction arabe de 935.

L´époque médiévale est marquée par la construction de San Martin d´Empurias sur le site de Palaiapolis. Le port disparait progressivement.

Le petit village médiéval dépend aujourd´hui de l´Escala.

Il vous faudra vister San Martin D´Empúries sine qua non, ses restes de murailles et son église. Nous sommes là dans une ancienne ville comtale, ce n´est pas rien.

Le "moll grec" reste de la digue protectrice du port primitif d´Ampurias

Comme tout bon marin vous chercherez à imaginer le formidable port qui desservait la ville, la región et toute la péninsule ibérique. Des installations portuaires Il ne nous reste que le “moll grec” sur l´une des plages, un brise-lames imposant et qui restitue une idée de la majestuosité du port Antique.

Il n´est pas difficile d´imaginer de lourdes nefs comerciales au ventre rond, amarrées à ce dock imposant ou plus sûrement au mouillage dans le grand bassin aujourd´hui comblé.

Sur les bateaux les plus importants une construction carrée sur l´arrière de la nef servait peut-êre de cabine du capitaine.

Une pierre pyramidale percée d´un trou pour le cable de corde servait d´ancre à l´époque classique mais ne pouvait s´accrocher au fond et très rapidement apparut l´ancre formée comme nous la connaissons, ou presque.

épave navire marchand grec (Malte)

bateau-marchand-grec-nautisme-espagne.com

Ces bateaux étaient construits en pin d´Alep (pin maritime) ou en cyprés, essences réputées imputrescibles.  Ils étaient pontés très haut, favorisant la capacité de transport, et devaient donc être très stables. Leur longueur devait varier du petit caboteur d´une dizaine de mètres jusqu´au grand cargo du double ou plus.

Leur grande voile carrée leur permettait sûrement de bien avancer au portant mais les rames  se faisaient nécessaires lorsqu´il fallait remonter au vent ou manoeuvrer. On admet généralement une vitesse de croisière entre 5 et 7 kn.

Un seul mât, consolidé par des haubans, soutenait la voile de lin.  Les grands cargos, de plus de vingt mètres, étaient quillés et pouvaient accoster le long des quais des grands ports en eaux profondes.

Les unités plus petites, caboteurs d´une dizaine de mètres au plus, avaient au contraire le ventre bien rond pour augmenter la capacité de la cale et le fond plat pour s´échouer sur les plages.

Ces petits bateaux disposaient de quatre ou cinq hommes d´équipage alors que les grands navires pouvaient compter jusqu´à 150 hommes d´équipages, pas toujours citoyens libres d´ailleurs.

Il s´agit bien entendu de suppositions, de déductions sur la base de textes et d´épaves, et nous ne savons malheureusement que bien peu des navires marchands grecs. 

Ancres grecques primitives

ancres-primtives-grecques-nautisme-espagne.com

Mais notre lecteur, nous l ´avons dit, est sans doute marin, et il ressentira à coup sûr l´émotion qui se dégage de ce vieux “moll grec”, ce morceau de quai qui fermait partiellement l´abri du port d´Ampurias.

Ici, dans cette petite baie, sous les pieds des baigneurs et des touristes, des équipages entiers appareillèrent vers l´autre bout de la Méditerranée.

Ici des marins prenaient la mer avec l´incertitude qui aujourd´hui encore est la nôtre lorsque nous jetons nos amarres sur le ponton et hissons notre voile, même si nous sommes protégés par nos balises, services de sauvetage, radio VHF, etc.

Le magnifique port de l´Escala est là tout près, qui vous attend avec toutes ses installations, parmi les meilleures de la Costa Brava, aussi lorsque vous entrerez dans cette rade bien protégée et moderne vous aurez une pensée envers ces autres marins phocéen qui il y a quelque 2500 ans jetaient l´ancre à quelques centaines de mêtres de vous, aussi émerveillés des vues de la Costa Brava que vous l´êtes en cet instant.

…à travers les siècles, quelque chose vous lie à eux…

 

Votre amarre: Club Nautique L´Escala

Votre visite d´Ampurias: Musée archéologique de Catalogne

lescala-nautisme-espagne.com

Distance: 0.5 NM

Distance: 5 NM