Installation d´un broyeur électrique sur votre WC nautique

Remplacer un WC à pompe manuelle par un WC électrique sur un voilier de 11 mètres n´est pas une mince affaire, et peut marquer la différence entre une croisière en solo ou accompagné.

Un sujet important que l´on le passe sous silence dans les tavernes des ports mais il s´agit là d´une réalité.

WC-débordant-nautisme-espagne.com

Il est des expériences qui marquent irrémédiablement la vie d´un homme:

Une tempête sur la Costa da Morte?…Bofff

Passer le Cap Horn de nuit sous Force 8…mmmouais…

Une croisière estivale avec la belle-mère et le beau-frère? Oui, c´est vrai, on peut difficilement imaginer pire…Mais…

Il existe une situation qui signifie un tournant dans la vie du loup de mer que nous sommes tous:

Le voilier est à l´amarre une après midi d´été, dans le coin le plus protégé du port le plus humide et étouffant de la Méditerranée, et le skipper constate avec effroi que tous les avertissements d´usage des WC n´ont pas été suivis sur le bateau par le groupe de joviaux coéquipier(es): “Pas de WC au port, pas de papier, encore moins de lingettes, pomper au moins dix fois à chaque usage, pas de tampons…”. Toutes les consignes ont été ignorées au moins une fois, et certaines non sans insistance.

Le résultat…Que dire du résultat? C´est terrible, apocalyptique…Il vous saute à la vue, et à la gorge. Le bouchon est monumental, de proportions bibliques. De plus, le zodiac sur le pont bloque le petit hublot qui ne ventile donc plus et l´effet sauna, voire bain turc, garantit les spasmes vomitoires.

Le Patron sait que sa vie est à un tournant à cet instant précis, et se sent pris de soudaine sympathie pour le propriétaire le plus snob du ponton, celui qui possède un WC électrique sur son yacht à moteur, qui est spécialiste des soirées chic et sort peu du port, en tout cas jamais en haute mer. Vous voyez qui je veux dire? C´est ça, oui.

Alors donc notre Patron sait que son prochain investissement seráaune pompe capable de triturer les étrons les plus saisissants, et que jamais, au grand jamais il ne mettra à nouveau la main dans cet infame potage  où commencent à bouillonner les premières bulles de putréfaction…

shit-merde-caca

Plusieurs mois se sont écoulés depuis le dramatique débouchage, le Patron ne prend presque plus de médicaments pour dormir (il rêvait de WC zombis toutes les nuits).

Il peut à nouveau parler de l´épisode vécu sans devoir respirer dans un sac papier, il est donc prêt à quitter les rangs des maniaques de la bombe manuelle, des mordus du seau d´eau, des fanatiques du cul par dessus bord.

Pour lui tout est clair. Nous lui laissons la parole:

-Nous devions avant tout faire un choix: quel kit choisir parmi les existants. Notre WC est de marque Jabsco, vieux d´une douzaine d´années et de modèle incertain. En gros celui que l´on trouve sur la plupart des voiliers de cete époque.

Le fabricant original nous propose un kit qui s´installe en retirant la pompe manuelle et en la remplaçant simplement par une autre pompe, électrique celle-ci, que l´on branche sur l´électricité et le tour est joué.

Le kit n´est pas donné, c´est le moins que l´on puisse dire.

Mais nous n´avons peur de rien alors nous préférons un kit qui nous fera bosser un peu peut-être mais qui est beaucoup, beaucoup moins cher. Marque Ocean, avec un nom comme ça, ça sent déjà bon dans les toilettes…

Selon les instructions, tu as à peine besoin d´un tournevis, et encore, un petit…

le kit tel vous est vendu

le kit tel qu´il vous est vendu

Alors, bon, nous voilà partis de Madrid à 05,45 h du matin. On prend la route de la mer, ça fait toujours plaisir, même si on a les yeux encore un peu collés.

Mon compagnon de route et, plus tard, de fatigue est Alfonso, un véritable génie de l´électricité et de la plomberie. Je sais, je sais, il y a beaucoup de spécialistes dans tous les ports, mais Alfonso c´est autre chose, même s´il vit à 400 km du port le plus proche, croyez-moi.

Vers les 10,00 h nous arrivons à bon port, sans coup férir. Il ne fait pas trop chaud, ciel partiellement couvert avec une bonne brise NO qui aère le bateau. Tant mieux.

Un petit café avant d´entamer la journée, on est en Espagne…Et c´est parti.

Avant la substitution

wc avant la substitution

Première étape:

Une première approche visuelle nous permet de constater que les vis qui maintiennent le wc vont devoir être changés et déplacés. L´espace dont nous croyions disposer au vu des photographies qui nous servaient de repère n´est pas suffisant. Improvisation made in Spain et made in France à la fois.

Pour ce qui est du montage hydraulique les nouvelles ne sont pas meilleures. Rien de bien grave mais les diamètres des tubes d´alimentation et de récupération ne sont pas aux normes EU (sûrement du matériel américain) donc il faut chauffer et réduire ou augmenter , multiplant les colliers de serrage pour maintenir tout cela bien hermétique. On travaillera avec des diamètres standards de 32 et 25 mm en PVC flexible.

La vidange est aussi à revoir et rafraichir, tant qu´on y est. Ça promet…

Deuxième étape: démontage.

Nous prenons des photos de toute l´installation, au cas où. L´utilisation des photos de téléphones mobiles a complétement changé notre manière de travailler: terminé les schémas sur du papier usé ou sur un morceau de carton que tu ne savais plus relire…

Il n´est pas nécessaire de trop s´étendre sur cette partie du travail. On finit par couper quelques tuyaux qui ne veulent pas céder à la pression et en un tournemain la vieille pompe à main est sur le quai.

Nous dévissons ensuite un à un les vis de la base du WC. En tout une vingtaine de minutes. Quelques photos et on continue.

Troisième étape: 

Nettoyage et préparation du matériel et des superficies. Rien de bien sorcier. Pas question d´employer des produits trop corrosifs ni trop agressifs qui finiraient dans le port.

Il est fondamental néanmoins d´opérer dans ces espaces réduits en toute propreté. Une goutte d´huile ou de silicone au sol et il faut immédiatement la nettoyer. Ordre et propreté.

Lorsque nous retirons le WC inévitablement la trace sur le sol apparaît; il faudra frotter.

Nous en profitons également pour retirer la petite porte en fibre de verre du meuble de la salle de bain, qui gênait nos mouvements.

Les vis de la base de la pompe sont en bon état mais la prudence nous invite à les remplacer par de nouvelles vis inoxidable (40X 60mm).

Une rapide visite au magasin de bricolaje du coin et c´est réglé.

Nous avons ensuite sorti le WC de la salle d´eau afin de bien nettoyer ses parties cachées et monter à l´envers (tête en bas) la nouvelle pompe électrique à la base du WC. Le plus délicat étant de bien préparer l´espace du joint et de placer et serrer les vis de manière équilibrée et tous en même temps, afn de ne pas créer une hernie dans le joint qui finrait par céder.

Lorsqu´Alfonse  considère que tout es prêt il perce sur le sol les quatre trous qui recevront les vis avec une mêche de 5mm et place le wc sur son socle.

Attention à ne pas trop serrer, il n´y a pas d´écrou et ce qui compte c´est la résistance de l´ensemble.

Voilà qui est fait, ça ne bougera pas de si tôt.

 

Il nous faut chauffer les tubes PVC pour les adapter

montage-kit-broyeur WC

Quatrième étape:

reconstruction du circuit hydraulique: L´entrée d´eau se fera par la partie antérieure du WC. Tube de PVC flexible de 25 mm. Sortie de la pompe à la cuvette par derrière, même dimensions.

Par contre la sortie de la pompe et donc de l´installation pompe+broyeur se fera en 32 mm, vers le reservoir d´eaux usées, obligatoire en Espagne (pas pour les français en transit, je vous rassure…) ou directement à la mer.

Nous vérifions plutôt deux fois qu´une le circuit, je ne veux pas de surprise en haute mer ou au mouillage.

Tout est en ordre, et ça tombe bien parceque c´est l´heure du casse-croute …

Cinquième étape: Connexion électrique

Le vendeur nous a conseillé de nous raccorder à une pompe de vidange de la salle d´eau, mais ce n´est pas sérieux (je sais, c´est ce que fait tout le monde…).

Je préfère travailler un peu plus mais me brancher directement au tableau de bord. Il me reste un interrupteur “divers” libre, ce sera le nôtre.

Heureusement mon bateau dispose d´une préinstallation des plus complètes et nous avons du cable de 2,5 mm à revendre. Un premier circuit dessert la pompe directement, en couple avec un autre circuit de 1,5 mm pour le pulseur.

Le tout est renforcé d´un relais. Sécurité avant tout.

Nous sommes sûrement fatigués parce que nous passons les vingt minutes suivantes à débattre de l´emplacement du bouton interrupteur.

Finalement c´est Alfonso qui gagne, avec ses airs de Sainte Nitouche…

Un petit trou à la perceuse pour glisser l´interrupteur, quatre trous pour les vis avec boulons, un tout petit cordon de silicone seulement sur le haut de l´interrupteur, pour le préserver de l´humidité et du ruissellement sans créer de difficulté aux futurs bricoleurs qui le démonteront d´ici quelques années.

Avant de terminer de câbler et de raccorder tout cela , un petit essai au cas ou…Ça marche!

Demi-heure plus tard nous terminons par le remontage de la petite porte du meuble.

Un dernier nettoyage (le troisième de la journée, mais c´est comme ça…)

L´émotion est à son comble lorsqu´Alfonso me fait les honneurs. et c´est les yeux embués que j´appuie tremblant dix secondes de suite sur le bouton.

Ça fait du bruit, l´eau entre en bouillonnant, un tourbillon se forme et hop! C´est fini!

Nous essayons avec deux boules de papier, qui disparaissent dans un borborygme qui résone à mes oreilles tel musique celestiale.

Qu´existe-t-il de plus beau?

Nous ne voulons pas ternir cette belle journée par une inauguration “complète” de notre installation, qui sera sans nul doute mise à rude épreuve l´été prochain.

Il est 19,00h pétantes lorsque nous reprenons la route de Madrid ce samedi, mais pas n´importe quel samedi: aujourd´hui mon bateau a un WC broyeur, c´est le début d´une nouvelle vie